3 Juillet 2018

Caractéristiques techniques


Ariane 62 et 64

Avec ses 62 mètres, Ariane 6 sera plus haute qu'Ariane 5 (55 mètres). Elle sera déclinée en deux versions : A62 et A64. D'une masse de 530 tonnes, A62 sera dotée de 2 boosters et d'une poussée de 800 tonnes au décollage. D'une masse de 860 tonnes, A64 aura 4 boosters et une poussée au décollage de 1 500 tonnes. La masse de la charge utile emportée dépendra de la version du lanceur utilisée et des orbites visées (basse, moyenne, de transfert géostationnaire ou de libération de la Terre pour de l'exploration lointaine).

L'étage d'accélération à poudre surnommé ESR (Equipped Solid Rocket)

L'essentiel de la poussée au décollage d'Ariane 6 sera fourni par 2 boosters pour l’A62 et 4 boosters pour l’A64. Appelés P120C, les boosters d'Ariane 6 sont dérivés du premier étage du lanceur Vega. Ils contiendront 142 tonnes de propergols solides générant une poussée au décollage de 350 tonnes durant une durée de 130 secondes. Contrairement aux boosters P230 d'Ariane 5 qui sont segmentés et à structure métallique, ils sont monoblocs dans une enveloppe composite.

L'étage inférieur cryotechnique (LLPM, "Lower Liquid Propulsion Module")

L'étage inférieur cryotechnique héberge les réservoirs à ergols liquides et, à sa base, le moteur Vulcain 2.1. Les ergols sont l'hydrogène et l'oxygène : 150 tonnes en tout. Ces composés sont très froids à l’état liquide, l’oxygène étant liquide à -182°C et l’hydrogène à -253°C ; cela pose de nombreux problèmes de production, et les réservoirs de ces ergols cryotechniques doivent être protégés par des matériaux isolants.

bpc_ariane6_vulcain2.1.png

Vulcain 2.1

Le moteur Vulcain 2.1 mesure 3,7 mètres de haut, 2,5 mètres de large et pèse 1 650 kg. Alimenté en ergols par les réservoirs situés au-dessus de lui, il délivre une poussée au décollage de 135 tonnes et participe à propulser Ariane 6 dans les 10 premières minutes de vol jusqu'à une altitude d’environ 160 km. Vulcain 2.1 est une version améliorée du moteur Vulcain 2 qui équipe actuellement d'Ariane 5. Les différences principales portent sur le divergent, le générateur de gaz réalisé en fabrication additive, ou encore l’allumage du moteur à partir du sol et non plus par des dispositifs pyrotechniques internes au moteur.

L'étage supérieur cryotechnique (ULPM, "Upper Liquid Propulsion Module")

Allumé en-dehors de l'atmosphère, l'étage supérieur apporte le complément de vitesse nécessaire à la satellisation des charges utiles. Il renferme les réservoirs d'oxygène et hydrogène liquides d'un poids total de 30 tonnes. À la base de cet étage se trouve le moteur Vinci, plus puissant (18 tonnes de poussée) que le moteur HM-7B d'Ariane 5 (6,5 tonnes de poussée). Vinci sera capable de se ré-allumer ce qui assurera plus de souplesse dans les trajectoires possibles pour placer les satellites sur leur orbite. De plus, cette nouvelle fonctionnalité assurera la rentrée atmosphérique de l'étage supérieur et limitera ainsi les débris dans les orbites de travail des satellites et d'éventuelles collisions.

Le composite supérieur

Ariane 6 sera dotée d'une structure porteuse Sylda 5 héritée d'Ariane 5 et capable de placer deux charges utiles distinctes sur leur orbite. Un système de lancement multiple, baptisé Microsat Launch Share, est en cours de conception.
Constituée de deux demi-coquilles hautes de 20 mètres, la coiffe d'Ariane 6 qui protège les charges utiles pendant la traversée de l'atmosphère, sera plus grande que celle d'Ariane 5 (17 m).


innovations technologiques

Des innovations technologiques seront aussi introduites sur le lanceur Ariane 6 dans le but principal de réduire les coûts. Le générateur de gaz de Vulcain 2.1 sera réalisé par fabrication additive (impression 3D). Les réservoirs à ergols liquides seront soudés par friction malaxage ce qui permet d'assembler, sans apport supplémentaire de métal, 2 pièces en les portant au niveau de leur jonction à un état pâteux par une ''tête'' mobile. Les réservoirs cryotechniques d'Ariane 6 seront constitués d'un mélange d'aluminium et de lithium afin d'alléger la masse du lanceur comparativement à l’alliage d’aluminium utilisé sur Ariane 5.

Publié dans : 
A propos de :